Archives mensuelles :

      avril 2016

      Ephec Alumni Awards – Découvrez le BMW Brand Store Brussels

      1024 472 Ephec Alumni

      Le compte à rebours est lancé : plus qu’un mois avant la première grande édition des Ephec Alumni Awards, l’occasion de vous présenter le lieu de l’événement.

       

      Au cœur d’un monde de raffinement et d’élégance, le BMW Brand Store se veut sensoriel, chic et convivial. Les anciens et le corps professoral de notre belle Haute École s’y retrouveront le temps d’un soir.

       

      Venez siroter un verre, échanger et networker avec la communauté Ephec des implantations de Woluwe, Louvain-la-Neuve et Schaerbeek dans ce lieu enchanteur.

       

      garden-bmw-brand-store-brussels

       

      C’est au cours de cette soirée estivale exceptionnelle que nous récompenserons le parcours exemplaire de trois anciens pour les catégories « Jeune talent », « Manager » et « Entrepreneur ». Deux orateurs de choix viendront également partager sur les sujets du développement personnel et professionnel.

       

      18:30 – Drinks & networking
      19:15 – Introduction par Bruno Winnen, président de l’EPHEC Alumni
      19:30 – « La confiance, une équation? » par Sébastien Cobut (EPHEC Alumni)
      19:45 – Présentation des finalistes
      20:00 – Vote du public
      20:10 – « E-réputation et développement de carrière » par Christelle Letist (Go to Next Levels)
      20:30 – Annonce des lauréats et remise de prix
      Suivi de drinks, networking et clôture vers 23h00.

       

      event-room-bmw-brand-store-brussels

       

      Nous remercions notre partenaire BMW pour sa confiance.

       

      On vous dit à très bientôt !

       

      L’équipe Ephec Alumni
      Bruno, Nicolas, Mario, Denys, Sébastien, Marie, Nicole, Nesrine, Jean, Martine, Stella, Olivier

       

      ► Inscription à l’événement : ici
      ► Événement Facebook : ici

       

      awards_form_vote▼ Contact
      Messenger : m.me/EPHECAlumni
      ✉ awards@ephec-alumni.be
      ✆ Henri Moncheur au 0494 99 92 92

       

      Facebook prêt à en découdre avec YouTube ?

      1024 576 Ephec Alumni

      Après avoir annoncé le déploiement de Facebook LIVE avec de nouvelles fonctionnalités dans la foulée, le géant des réseaux sociaux annonce une barre de recherche qui vient phagocyter YouTube un peu plus encore. Analyse.

       

      La diffusion vidéo en direct est désormais disponible pour tous les comptes personnels et pages, et comme nous vous l’annoncions, Facebook a surenchéri avec de nouvelles fonctionnalités.

       

      Si toutes ces nouveautés tombent un peu rapidement pour vous, pour rappel : Facebook LIVE vous permet, avec votre téléphone, de diffuser de la vidéo en direct dans le fil d’actualité de votre réseau. C’est une invitation aux comportements mobinautes. Et pour cause, Facebook nous rappelle dans un article publié hier via sa section Facebook for business que l’impact du mobile, avec les parts de marché croissantes en publicité comme corollaire, ne cesse de gagner en importance. L’usage d’une fonctionnalité comme la vidéo en direct est un exemple type de la dominante mobile.

       

      En attendant, une journée n’est pas une autre sur Facebook. Et les équipes de Mark Zuckerberg annoncent au lendemain d’une première communication sur les nouvelles fonctionnalités, la fonction de recherche de vidéos. Celle-ci doit retenir toute notre attention.

       

      Remise en contexte

       

      YouTube a longtemps bénéficié d’une position monopolistique sur le segment vidéo du Web, mais 2014 a sonné le glas de cette position dominante incontestée. De fait, 2014 est l’année qui a marqué l’arrivée des vidéos natives sur Facebook et le basculement progressif des annonceurs vers cette nouvelle forme de publication que le réseau social n’a pas manqué d’encourager avec un algorithme avantageux. Un an plus tard, c’est le direct qui a fait office de buzzword pour la vidéo. 2015 a vu naître ou plutôt renaître —Skype et d’autres ayant échoué quelques années plus tôt, trop tôt— la diffusion de vidéos en direct. C’est Meerkat qui a ouvert le bal en faisant sensation au SXSW de l’année dernière. Twitter n’a pas tardé à riposter avec Periscope, racheté plus tôt dans l’année, pour imposer son service. Mais c’était sans compter sur Facebook qui a fini par annoncer Facebook LIVE, mi-2015. Si Periscope fait toujours face au géant du Web social, Meerkat s’est rangé, début 2016.

       

      La vidéo, colonne vertébrale du réseau social

       

      Facebook a trois piliers de développement pour la décennie 2015-2025 : continuer à connecter le monde entier avec internet.org —c’est un engagement pris par Mark Zuckerberg à l’ONU en septembre de l’année dernière—, poursuivre les avancées en intelligence artificielle et mettre en place la téléportation virtuelle. Sur ce dernier pilier, l’objectif est de parvenir à un niveau d’expérience vidéo où chaque individu pourra s’immiscer partout dans le monde et en temps réel grâce à la réalité virtuelle dont nous connaissons les prémices.

       

      Les équipes de Facebook croient au potentiel de cette forme de communication visuelle et pleinement immersive en devenir. Une étude de Cisco de 2015 appuie d’ailleurs cet axe de développement. Cisco prédit dans ses conclusions que d’ici 2019, la consommation de contenu vidéo représentera 80% du trafic Internet mondial.

       

      Si une personne sur 7 visite chaque jour Facebook dans le monde, une tendance de consommation passive du site s’est néanmoins observée ces deux dernières années. Par usage actif, on entend le partage de statuts et photos personnels, mais aussi l’engagement par le biais d’un like, d’un commentaire ou d’un partage. La vidéo redonne un souffle à cette dynamique d’engagement actif.

       

      Face à ce constat d’usage plus passif du site et au besoin de se renouveler en permanence, l’idée évoquée l’année dernière d’une plate-forme dédiée à la vidéo —Facebook a acquis la firme d’infrastructure vidéo QuickFire Networks en janvier 2015— n’est pas à exclure pour le réseau social, tout comme cela est désormais le cas pour Messenger et bientôt pour Facebook at Work (sortie prochaine). Les sections « événement » et « shopping » (en bêta) devraient suivre.

       

      Le contexte est roi, l’actualité est reine

       

      La contextualisation du contenu est devenue primordiale. Communiquer en temps réel sur ce qui se passe au moment où l’actualité se produit, c’est un nouvel enjeu de taille pour les marques. Et qui dit réactivité dit aussi accélération des processus. Et c’est là où Facebook, en plus de la vidéo, va pousser la notion de contexte encore plus loin avec les chat bots, ces robots prochainement intégrés dans Messenger.

       

      Le Web social subit ainsi des transformations importantes pour le moment. De quoi inviter les spécialistes du référencement traditionnel dans les moteurs de recherche à repenser déjà les priorités de leur métier.

       

      Facebook, véritable menace pour YouTube ?

       

      Facebook marche sur les plates-bandes des produits de Google depuis un moment. Et en matière de vidéo, l’offensive est frontale.

       

      Le problème que Facebook rencontrait avec YouTube, c’est que vous ne pouviez voir que les vidéos partagées dans votre fil d’actualité ou sur des pages individuelles. Le réseau social, avec l’implémentation de cette fonction de recherche, et l’enrichissement de sa base de données, va changer indéniablement la façon dont les gens consomment de la vidéo sur son site et via ses applications.

       

      Vous avez été habitués à taper des mots clés sur YouTube pendant de nombreuses années, à parcourir les résultats et à regarder les vidéos qui vous intéressaient. Ce sera désormais chose possible avec Facebook, aussi bien pour les vidéos en direct que pour celles pré-enregistrées. Cette fonctionnalité sera disponible prochainement sur un nouvel onglet vidéo dans les applications phares du réseau social.

       

      C’est donc un premier pas de plus vers le siphonnement de YouTube. Il est aisé d’imaginer que suivront les favoris, les playlists, les mots clés et potentiellement une plate-forme dédiée, tout comme YouTube le propose actuellement.

       

      ► On vous donne rendez-vous le 25 mai en LIVE pour les EPHEC Alumni Awards !

       

      Par Denys Malengreau (D_MLG)
      Source : Digimedia.be

      Messenger innove, Ephec Alumni aussi

      1024 515 Ephec Alumni

      En marge de la conférence F8 de la semaine prochaine, Facebook prend les devants et annonce une série de nouvelles fonctionnalités pour Messenger.

       

      Alors que le sujet chaud du « Bot Store » occupe les conversations à quelques jours de la conférence annuelle du géant des réseaux sociaux, plusieurs annonces ont été faites du côté de Palo Alto, hier. Et les deux chiffres à retenir sont les suivants : il y a 900 millions d’utilisateurs mensuels actifs sur Messenger et chaque mois, plus d’1 milliard de messages sont échangés entre les entreprises et les utilisateurs via le service de messagerie.

       

      Mise en relation simplifiée

       

      On le sait, Facebook aspire à faire de Messenger une plate-forme à part entière, qui favorise et simplifie la relation entreprise-client. Dans cette optique, Il sera désormais possible d’ouvrir directement une conversation dans Messenger avec une entreprise en utilisant le lien unique m.me/nomutilisateur de chaque page. Il ne sera dès lors plus nécessaire de devoir chercher une page via la barre de recherche, de la visiter et seulement ensuite de pouvoir entamer une conversation.

       

      Toutes les pages qui ont déjà personnalisé l’URL de leur page se verront attribuer l’identifiant défini comme identifiant pour leur lien m.me/nomutilisateur, les deux identifiants étant identiques. Les autres seront invités à le faire prochainement. Vous savez désormais quoi ajouter à vos cartes de visite. Et conseil, si ce n’est déjà fait: ne tardez pas à personnaliser l’URL de votre page, voire à ouvrir de nouvelles pages pour sécuriser d’autres ULRs/identifiants utiles à votre activité.

       

      En parallèle, Messenger permettra aussi le scan de QR codes à la sauce Facebook en utilisant la caméra de son téléphone. Le scan de ce code permettra d’ouvrir directement une conversation dans Messenger, ce qui vient concurrencer là une fonctionnalité similaire de Snapchat.

       

      Message personnalisé

       

      Dernière petite nouveauté : le message d’accueil. À l’avenir, quand un utilisateur ouvrira une fenêtre de conversation avec une entreprise dans Messenger, un message d’accueil personnalisé pourra être défini par la page.

       

      Si l’annonce des chats bots est à venir la semaine prochaine, les entreprises doivent déjà bien comprendre et cerner les enjeux de cette nouvelle approche du service client via Messenger. Toutes ces nouvelles fonctionnalités seront déployées au cours des prochaines semaines.

       

      ► Vous pouvez désormais nous contacter directement via m.me/EPHECAlumni

       

      Par Denys Malengreau (D_MLG)
      Source : Digimedia.be

      Révolution annoncée du Web social avec Messenger

      1024 683 Ephec Alumni

      Sauf surprise, Facebook dévoilera prochainement un nouveau service baptisé « Bot Store » qui permettra aux entreprises d’intégrer un assistant virtuel très poussé dans Messenger.

       

      En marge de l’édition 2016 de la conférence F8, qui se tiendra à San Francisco les 12 et 13 avril prochains, les annonces et fuites vont bon train. On sait déjà qu’Instant Article sera déployé à l’échelle mondiale lors de l’événement. Une annonce qui doit mettre en alerte entreprises et blogueurs particuliers, car les ramifications potentielles sont multiples. Parmi celles-ci, une attaque directe de l’email marketing traditionnel. Mais ce n’est pas tout.

       

      Ted Livingston, fondateur de la célèbre messagerie Kik, a fait fuiter l’information : Facebook devrait dévoiler son « Bot Store » le 12 avril, ce qui va amorcer une transformation en profondeur de la gestion de la relation client pour l’entreprise.

       

      « Bot Store », kézako ?

       

      Un bot n’est autre qu’un robot, un agent numérique capable de traiter une série de requêtes en interagissant avec les utilisateurs.

       

      Avec le service « Bot Store », les marques pourront intégrer dans Messenger des bots ayant la capacité d’interagir de manière très poussée avec leurs clients. Le bot ou robot sera capable de traiter des requêtes complexes pour faciliter l’accès à l’information et l’acte d’achat.

       

      On sait par ailleurs que Facebook s’active depuis plusieurs mois à la mise en place d’une plate-forme robuste pour les professionnels. Parmi les services annoncés l’année dernière : Messenger Business et Facebook at Work. La version professionnelle du réseau social est déjà annoncée pour cette année. Quant à Messenger, l’objectif est le suivant : créer un écosystème applicatif en faisant de la messagerie de base une plate-forme à part entière. Le « Bot Store » s’inscrit dans cette stratégie.

       

      En pratique

       

      Vous n’aurez qu’à demander au bot d’Uber, avec qui Facebook s’est discrètement associé fin 2015, une course pour que sur base du contexte, des propositions géolocalisées avec prix vous soient faites pour achat immédiat. Il vous suffira de demander au bot de réserver votre course ou de faire une nouvelle recherche lui donnant d’autres informations pour réserver un déplacement en un temps record et avec grande facilité. C’est KLM qui est la première société internationale à avoir annoncé son lancement sur Messenger en amont du F8, cette semaine.

       

      Avec les bots implémentés, les utilisateurs n’auront donc qu’à formuler une question ou une demande quelconque dans Messenger pour obtenir une information sur un lieu, un horaire ou pour effectuer directement une réservation ou un achat.

       

      La mise en place de ces bots réduira la durée et le nombre de freins d’accès à l’information tout en épargnant les tâches chronophages qui incombent aux utilisateurs lors du processus d’achat : visite du site Internet, recherche du produit, mise dans le panier, encodage des coordonnées, etc.

       

      Parallèle avec M

       

      En août 2015, David Marcus, chef du produit Messenger, a dévoilé M, un assistant digital personnel à intelligence artificielle sur lequel Facebook travaille, et qui permettra aux utilisateurs de Messenger de faire effectuer toute une série de tâche par cet assistant robot. Les équipes de Palo Alto ont continué à travailler d’arrache-pied sur ce service depuis. Et le projet de « Bot Store » côté entreprise s’inscrit dans la lignée de cette nouvelle fonctionnalité à venir.

       

      Le bot, breakthrough de 2016

       

      La démocratisation des bots rendra rapidement désuètes un grand nombre d’applications existantes dont la valeur d’usage pourra désormais être offerte sur Messenger. Ceci doit d’ores et déjà amener les développeurs à repenser leur approche du domaine applicatif. En ce sens, l’annonce probable du 12 avril serait la plus importante pour l’industrie tech depuis le lancement de l’App Store en 2008.

       

      Les nouveaux outils collaboratifs intra-entreprise qu’apportera Facebook at Work pour compléter la solide offre publicitaire existante, qui ne cesse de se renouveler avec de nouvelles fonctionnalités et une audience disponible toujours plus importante (1,6 milliards actuellement), et les outils de gestion de la relation client à venir dans Messenger vont bousculer les codes dans l’entreprise. En avoir connaissance, c’est se donner les moyens d’anticiper.

       

      Une force de frappe inégalable

       

      Avec près de 900 millions d’utilisateurs mensuels de Messenger et 1 être humain sur 7 qui visite Facebook au quotidien, la force de frappe du réseau social pour lancer ses nouveaux services est colossale.

       

      L’officialisation du « Bot Store » marquera le début d’une nouvelle ère du Web social. À savoir que Messenger ne servira plus simplement à des interactions entre deux ou plusieurs individus, mais aussi à des interactions entre un individu et son assistant robot.

       

      par Denys Malengreau (@D_MLG)

      Source : Digimedia.be