Actualités

      Avec Special Olympics, ce sont des milliers de vies qui sont changées positivement!

      745 419 Ephec Alumni

      Zehra Sayin, 35 ans, diplômée en 2006 à l’Ephec. Elle a étudié dans le département marketing et a choisi l’option communication en 3ème année, pour une approche la plus large possible. Elle est aujourd’hui CEO de Special Olympics.

      Comment êtes-vous parvenue à la tête de Special Olympics?

      Après avoir fait un stage qui m’a menée à travailler trois ans chez Xerox, je considérais que j’avais bien fait le tour chez eux et je voulais découvrir un autre secteur. J’aimais beaucoup ma position de Business Development Executif  et je savais que pour être Business Developer il fallait avoir touché à plusieurs domaines différents. On m’avait parlé du secteur du non profit comme étant un vrai défi à relever car il y a très peu de moyens financiers et des réalités du terrain qui ne sont pas si faciles à changer. J’ai vu une offre de Special Olympics dans tout ce qui était communication, sponsoring et marketing et c’est comme ça que j’ai commencé ici.

      Et puis vous avez progressivement grimpé les échelons ?

      Oui, j’ai quitté Special Olympics après une mission pour l’Europe en tant que responsable com’ et sponsoring. Très vite après ils m’ont rappelée en me disant qu’ils cherchent une CEO pour la Belgique, quelqu’un en particulier qui a une expérience en marketing car c’est l’un des points faibles de l’organisation. Je suis donc arrivée comme CEO en août 2015.

      Qu’est-ce que vous préférez dans votre travail ?

      Ce que j’aime beaucoup c’est la liberté de faire ce que je veux en tant que CEO, de pouvoir moi-même choisir les objectifs, définir les priorités. Mais ce que j’aime beaucoup aussi ce sont les retours que j’ai. Comme je travaille pour une ONG, j’ai ce retour humain d’avoir pu réaliser quelque chose de fantastique pour une belle cause, c’est le grand plus.

      Y a-t-il une chose dont vous êtes particulièrement fière ?

      Se dire qu’on peut changer des vies, se dire qu’on a challengé des stéréotypes autour du handicap mental mais aussi autour de la place du marketing dans le monde des ONG. C’est un double sentiment en fait, et quand vous regardez les résultats, ce sont des milliers de vies qui ont été changées positivement et des milliers de familles qui sont fières de ce qui a été accompli.

      Quels sont les challenges de votre travail ?

      Comme partout ailleurs, il y a des défis humains et des défis purement business. Mais je pense que c’est surtout de voir que dans le monde des ONG il y a souvent beaucoup plus d’opportunités à saisir que dans n’importe quel autre secteur… mais on n’est pas toujours capable de les saisir car on manque de moyens financiers. C’est donc une grande frustration.

      « Notre manque de moyens financiers, c’est une grande frustration »

      Zehra SAyin

      Quels sont vos prochains objectifs ?

      Avec Special Olympics c’est certainement de terminer la stratégie qu’on avait lancé pour 2020, elle va toucher à son terme en mai et on va donc devoir annoncer les résultats: une croissance de 60 % en termes de nombre d’athlètes. On va ensuite devoir annoncer la stratégie pour 2024.

      Les objectifs pour l’instant on essaye de les rendre mesurables, cohérents et tangibles pour tout le monde. Mais à côté de ça, humainement et personnellement parlant, mon plus grand rêve c’est de faire grandir l’asbl et l’association à un niveau où la notoriété touche son plafond. Aujourd’hui, 6 personnes sur 10 connaissent Special Olympics. Mon rêve serait d’arriver à 9 personnes sur 10 à terme et de réellement casser le tabou autour du handicap mental.

      Comment l’Ephec vous a aidée au niveau professionnel mais aussi humain ?

      L’Ephec nous demande beaucoup de présentations devant les autres étudiants, devant des salles entières. On nous met dans des TP avec à chaque fois des personnes différentes. Le fait de défendre un cas pratique jusqu’au bout, et pas uniquement de manière intellectuelle, tactique ou stratégique, mais d’aller de l’avant de manière rationnelle, ça m’a toujours donné un sentiment d’être prête. On sait de quoi on parle, on n’a pas peur de donner notre opinion, de la défendre en public, et ça c’est quand même quelque chose d’extraordinaire. Les personnes qui sortent de l’Ephec ont toutes ces particularités, on les reconnait très vite sur le terrain.

      Avez-vous des anecdotes de l’Ephec ?

      Oui, et quelques-unes qui se sont retournées contre moi ! Je ne comprenais jamais pourquoi on mettait autant d’importance dans les cours de langues, qui pouvaient faire chuter complètement la côte. Ce n’est que quand on commence à travailler qu’on se dit « ah oui quand même, les cours d’anglais et de néerlandais ont vachement aidé! » J’adorais l’anglais mais je ne comprenais pas beaucoup l’utilité du néerlandais. Et il faut reconnaître qu’aujourd’hui c’est un savoir qui m’a sauvé plus d’une fois. Je râlais à chaque cours de langue mais aujourd’hui je les remercie beaucoup (rires).

      Quel était votre cours préféré ?

      C’était pendant mon erasmus que l’Ephec m’a offert, à la haute école de Utrecht, où mon cours préféré était la psychologie de la persuasion. C’est une matière extraordinaire. Pour quelqu’un qui a étudié le marketing c’est un des cours favoris qui doit être dans le top trois.

      J’ai découvert qu’il était possible de faire de l’humanitaire tout en travaillant dans la logistique!

      745 419 Ephec Alumni

      A 29 ans, Marie-Linh Celis est Regional Supply Chain Coordinator pour le Comité International de la Croix Rouge (CICR) à Nairobi. Diplômée en 2011 de l’EPHEC, elle a fait des études en Commerce Extérieur, option Supply Chain.


      En quoi consiste ton travail à la Croix Rouge ?

      Le CICR est une Association complètement distincte des Croix-Rouge nationales que l’on connait. Elles  opèrent uniquement à l’intérieur de leurs frontières tandis que notre mandat est de venir aux besoins et de protéger les victimes directes de guerres ou de conflits violents partout dans le monde. Nous faisons en sorte que les Droits de L’homme Internationaux soient appliqués et que la dignité humaine soit respectée, que ça soit pour les citoyens, les réfugiés ou les détenus. Nous opérons présentement dans 80 pays différents. Ma fonction actuelle consiste à gérer quasi l’entièreté de la chaine logistique du HUB logistique pour l’Afrique de l’Est allant des forecasts/planning jusqu’à la livraison finale à l’exception des achats.

      Quelle est la durée habituelle de vos missions ?

      Travaillant dans des zones de conflits principalement, il est difficile psychologiquement d’y rester plus longtemps que 12 mois. Je suis à Nairobi depuis un an et ma prochaine mission sera à Juba, au Sud Soudan. Le niveau de responsabilité est différent à chaque fois.

      Ton job actuel est-il très différent de tes jobs précédents ? Comment a évolué ton parcours professionnel ?

      J’ai d’abord travaillé 5 ans dans le privé dans divers secteurs pour des grosses boites tels que Total, Beiersdorf (Nivea), C&A ou encore Schweppes avant de passer dans l’humanitaire. Bien que le métier de logistique reste le même, mon job actuel est extrêmement différent des précédents. Ce n’est pas le profit qui conduit l’organisme mais le nombre de bénéficiaires que nous pouvons atteindre et aider.

      Cela change toute la dynamique du travail. Où toute entreprise regarde d’abord à minimiser les coûts, nous regardons avant tout quel impact humain nous pouvons avoir. Evidemment, minimiser les coûts, surtout en logistique, reste une priorité mais ce n’est pas la première. Encore moins en situation d’urgence où nous affréterons des avions sans hésiter si nécessaire, quel qu’en soit le coût.

      Qu’est-ce qui t’a donné l’envie de faire de l’humanitaire ?

      En 3ème année à l’EPHEC, nous avons eu l’occasion de visiter plusieurs centres logistiques différents dont celui de MSF Supply. C’est durant cette visite très précisément que j’ai compris que je voulais faire de la logistique humanitaire.

      « Où toute entreprise veille d’abord à minimiser les coûts, nous regardons avant tout quel impact humain nous pouvons avoir »

      Marie-Linh Celis

      Comment es-tu parvenue à travailler dans l’humanitaire ?

      Rentrer dans le monde humanitaire n’est pas aussi facile qu’on ne le pense. Ils recherchent avant tout des profils très techniques et avec de l’expérience, chose que je n’avais pas en sortant de mes études. De plus, à cette époque, je n’étais pas encore prête psychologiquement pour me lancer sur le terrain directement et cherchais plutôt à travailler dans les entrepôts humanitaires existants en Belgique.

      Je devais d’abord acquérir de l’expérience, c’est pourquoi je me suis d’abord lancée dans le privé. Je prenais consciemment des CDD pour acquérir un maximum d’expérience avant d’arriver dans l’humanitaire. Au bout de 5 ans, non seulement l’éthique du privé ne me convenait plus mais je me sentais enfin prête à partir sur le terrain. Après un refus en phase finale chez MSF Belgique, j’ai ouvert mon champ d’horizon et 6 mois plus tard je signais mon CDI auprès du CICR.

      Comment l’évolution de ton parcours professionnel t’a-t-elle affectée au niveau personnel ? 

      Le choix de l’humanitaire affecte totalement le niveau personnel. On quitte son pays, son entourage, sa zone de confort sans vraiment savoir si on reviendra un jour. Certains le font quelques années et finissent par rentrer. D’autres y prennent goût et en font une carrière. Pour moi, c’est une partie de poker constante. Sans parler du fait que nous travaillons dans des zones de conflits où tout peut basculer du jour au lendemain. La sécurité du staff est une priorité mais nous ne sommes jamais à l’abri à 100%.

      Et puis le fait que nous bougeons régulièrement ne rend pas facile toutes relations privées. Certains trouvent leur partenaire dans le même secteur et bougent ensemble, d’autres pas.

      Comment t’épanouis-tu dans ton travail aujourd’hui ? 

      Je pense que peu importe la situation privée, l’épanouissement que nous trouvons dans notre type de travail prime avant tout. Aujourd’hui, j’exerce le métier qui me passionne tout en me rendant utile, en ayant un impact humain positif. Pour moi, aider l’autre nous donnera toujours un sentiment d’accomplissement bien plus grand que de dire « cette année, on a augmenté le chiffre d’affaire de 6% », par exemple. Est-ce que ce type de choix vient avec certains sacrifices ? Oui. Est-ce que ces sacrifices en valent la peine ? Oui, aussi.

      Sonia Romero Ruiz

      Gessica Celestri

      « Ma formation à l’Ephec m’a ouvert les portes dans le secteur Digital et chez Coca-Cola! »

      745 419 Ephec Alumni

      Gessica Celestri a 34 ans et est née à Bruxelles. Elle a réalisé des études au département marketing de l’EPHEC, avec option communication en troisième année. Après son diplôme et un stage en Angleterre, elle est aujourd’hui Digital Project Lead pour les pays d’Europe de l’Ouest chez Coca-Cola.

      Pourquoi as-tu choisi cette option communication à l’EPHEC ?

      J’ai toujours fait du marketing pour la communication, c’est ce qui me semblait le plus pertinent pour la suite. Je n’ai jamais eu de doute. A la sortie du secondaire, j’ai cherché sur internet et je suis directement tombée sur l’EPHEC. Je suis allée m’inscrire après avoir regardé le cursus en ligne, sans même prendre la peine de visiter d’autres écoles. Et puis j’ai toujours apprécié le fait qu’une partie des cours y soient donnés en anglais !

      Quel était ton métier de rêve quand tu étais enfant ?

      Je rêvais d’être journaliste ! Je me voyais déjà bien présentatrice du journal télé, j’empruntais le journal de mes parents et je faisais semblant de présenter les nouvelles face à la caméra. J’ai très vite compris que c’était un métier bien plus compliqué que cela (rires). Puis je regardais une série télé quand j’étais petite, il y avait cette cheffe d’agence de communication qui présentait ses projets de publicité. Je me suis dit que ça devait être sympa comme métier, donc je me suis lancée !

      Qu’est-ce que l’EPHEC t’a apporté au niveau humain ?

      C’est tout simplement la meilleure expérience humaine que j’ai pu avoir dans ma vie ! J’ai rencontré mon mari et la plupart de mes meilleurs amis à l’EPHEC. Le fait d’avoir des travaux pratiques chaque semaine te force aussi à apprendre à travailler en équipe. Ne pas toujours arriver avec tes positions mais aussi comprendre l’autre ou trouver des compromis. Personnellement ça m’a aussi apporté beaucoup de confiance en moi : dès le premier jour tu dois présenter ton projet devant tout le monde, tu as le trac et tout ce qui va avec !

      En quoi consiste ton job chez Coca-Cola ?

      Je travaille aujourd’hui dans le département marketing et je chapeaute toutes les initiatives digitales pour les marques du groupe Coca-Cola. Depuis juillet, je suis passée au niveau européen, j’ai la responsabilité des pays de l’Europe de l’Ouest. Grâce à l’école je suis assez indépendante et autonome dans mon travail, une qualité que mes chefs apprécient fortement. Et puis chez Coca-Cola on est amené à faire beaucoup de présentations, je n’ai pas peur de prendre la parole en public désormais.

      Comment s’est passé ton stage ? Qu’as-tu appris concrètement sur le marché du travail ?

      En troisième année, j’ai fait un stage de 4 mois dans une agence web, je m’occupais surtout de la communication digitale pour toutes les petites entreprises. Ça m’a permis de comprendre qu’elles n’ont pas les mêmes moyens, tu ne peux pas avoir la même stratégie pour tout le monde. J’ai aussi compris comment gérer un client, avoir de l’empathie pour lui, répondre à ses attentes et m’organiser pour délivrer ce qui est attendu dans les temps.

      « L’EPHEC a été la meilleure expérience humaine de ma vie »

      Gessica Celestri

      As-tu aussi été confrontée à des aspects particuliers auxquels tu n’avais pas été préparée ?

      Après mon diplôme, j’ai fait un stage en Angleterre de 4 mois, plutôt pour l’apprentissage de la langue que le travail en tant que tel. Je m’ennuyais un peu, j’étais frustrée et j’expliquais par mail mon ressenti à mon copain. Mais je me suis trompée de destinataire… Je l’ai envoyé à mon boss. Il a répondu à mon mail en me disant qu’on allait en parler. Je me suis sentie extrêmement mal quand je m’en suis rendue compte mais il a été très à l’écoute et en fin de compte ça s’est très bien passé. La morale de l’histoire c’est qu’en effet on nous prépare beaucoup mais la gestion d’une relation conflictuelle avec un chef et s’exprimer en totale transparence… Je pense que je n’étais pas encore prête. Maintenant, je fais attention ! (rires)

      Quel moment t’a particulièrement marqué lors de tes études ?

      Lors de la défense de mon travail de fin d’études, j’avais voulu faire une jolie présentation mais j’étais un peu sortie de ce que connaissais : j’avais créé une présentation sur Mac alors que je suis plutôt habituée aux PC. Au bout de trois slides, ma présentation s’est complètement plantée ! Ne connaissant pas du tout Mac, je me suis retrouvée devant le jury sans savoir quoi faire. J’ai donc réalisé toute la présentation de mon TFE sans mes slides et ça s’est très bien passé. Le fait d’avoir pu démontrer au jury que je n’ai pas perdu pied les a sans doute rendus très compréhensifs dans leurs notes (rires).

      Tu as été diplômée en 2007. Qu’as-tu ressenti en quittant l’EPHEC après trois ans ?

      La joie de me dire « voilà, c’est fait ! », de ressortir avec un diplôme du supérieur, de l’excitation pour le reste. Je me suis dit qu’une nouvelle aventure allait commencer, celle du monde du travail. Et puis j’ai aussi ressenti un peu de tristesse car j’ai vraiment adoré mes années à l’EPHEC, j’avais donc un peu de nostalgie de quitter l’école.

      50 ans de L’EPHEC

      1024 588 Ephec Alumni

      Chers Alumnis,

      Vous le savez, en octobre prochain, nous fêterons nos 50 ans d’existence. Cet anniversaire, c’est avant tout le vôtre. L’EPHEC, c’est vous. Votre engagement quotidien, votre énergie et votre passion font la réussite de notre établissement.

      C’est donc avec beaucoup de plaisir que nous vous invitons à notre soirée académique festive du lundi 14 octobre qui aura lieu en la salle Aula Magna à Louvain-la-Neuve.

      Voici un avant-goût du programme varié que nous avons concocté… et pour le connaître dans son entièreté, il vous faudra venir le vivre car nous vous réservons quelques surprises.

       

      Où ?

      À la salle Aula Magna, place Raymond Lemaire, 1 à Louvain-la-Neuve.

      Quel programme ?

      17h30 – 18h00 Accueil et drink de bienvenue

      18h00 – 20h00 Session académique

      • Discours d’ouverture
      • Demain s’annonce inouï ! Table ronde pratique sur l’intelligence artificielle :
        • Ségolène Martin, CEO of Kantify
        • Bruno Schroder, National Technology Officer of Microsoft BeLux
          • Discours d’ouverture
          • Demain s’annonce inouï ! Table ronde pratique sur l’intelligence artificielle :
            • Ségolène Martin, CEO of Kantify
            • Bruno Schroder, National Technology Officer of Microsoft BeLux
            • Olivier Servais, Doyen de la Faculté des Sciences économiques, sociales, politiques et de communication de l’UCLouvain
          • Les membres du personnel et les diplômés de l’EPHEC à l’honneur
          • 50 ans… et après ?
          • Discours de clôture
        • Olivier Servais, Doyen de la Faculté des Sciences économiques, sociales, politiques et de communication de l’UCLouvain
      • Les membres du personnel et les diplômés de l’EPHEC à l’honneur
      • 50 ans… et après ?
      • Discours de clôture

      À partir de 20h00 Cocktail dînatoire

      Inscrivez-vous >>

      Inscrivez-vous avant le 25 septembre !

      Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions, nous vous demandons de bien vouloir vous inscrire avant le 25 septembre en cliquant sur le bouton ci-dessus.

      Faites-le-savoir auprès de vos anciens (anciennes) collègues, alumnis

      Vous êtes encore en contact avec d’anciens collègues ou diplômé(e)s ? Surtout n’hésitez pas à leur parler de notre soirée du 14 octobre ! Transmettez-leur cet e-mail et dites-leur de s’inscrire via le formulaire.

      Nous espérons sincèrement vous compter parmi nous lors de cette soirée d’anniversaire.

      Avec nos plus sincères salutations,

      Le Conseil d’administration et la Direction.

       

       

      08/11 – Table ronde « création d’entreprise »

      1024 588 Ephec Alumni

      À vos agendas !

      C’est dans une semaine et c’est GRATUIT.

       

      Appel aux anciens pour table ronde

      1024 588 Ephec Alumni

      Vous exploitez votre entreprise dans le cadre d’une franchise ? WE NEED YOU!

      Dans le cadre d’une soirée organisée par le département marketing de l’EPHEC, nous recherchons des anciens (Marketing) pour une table ronde.

      Cette soirée se déroulera en deux temps :

      1 Conférence présentée par un membre de la Fédération belge de la franchise.
      2 Table ronde animée par Martine Vermast avec comme invités des diplômés de l’EPHEC qui ont fait appel à la franchise comme mode de distribution.

      Thème : « La franchise dans tous ses états »
      Lieu : EPHEC Woluwe (auditoire A01)
      Date et horaire : 6/12 18-20h
      Public : étudiants de 1ère année (MKT)

      Intéressé(e) ? Merci de vous manifester auprès de Martine Vermast sur m.vermast@ephec.be

      Un stage en Europe comme booster de carrière !

      1024 576 Ephec Alumni

      Pourquoi réaliser une expérience professionnelle de 6 mois à l’étranger ?

       

      1. Pour découvrir si la réalité de ce job correspond à vos attentes
      2. Pour perfectionner vos langues étrangères via la pratique
      3. Pour avoir une expérience de travail dans votre secteur et construire votre future carrière

       

      Actiris International accompagne de jeunes Bruxellois à entrer sur le marché du travail au travers de ses programmes de stages professionnels en Europe. Ce service gratuit propose une bourse de stage ainsi que des offres de stage d’employeurs en Europe, tout en fournissant un accompagnement de la préparation au départ jusqu’au retour à Bruxelles.

       

      Vous souhaitez bénéficier d’une aide financière pour partir travailler à l’étranger ? Vous souhaitez préparer votre départ ou vous renseigner sur un pays de destination ?

       

      Rendez-vous à l’événement « Discover Europe » le 12 septembre :
      14, Avenue de l’Astronomie
      1210 Bruxelles
      Arrêt : Madou
      Entrée libre de 10h à 18h.
      www.actirisinternational.be

      Challenge des générations 2017 – Ils y seront !

      1024 504 Ephec Alumni

      J-7 avant le grand rendez-vous annuel des anciens : le « Challenge des Générations » !

      Ils y seront ! Et vous ?

      INFOS

      Date : mercredi 31 mai 2017
      Lieu : Musée du Tram
      Adresse : Avenue de Tervueren 364, B-1150 Woluwe-Saint-Pierre
      Horaire : dès 18h30
      ENTRÉE GRATUITE SUR INSCRIPTION ICI

      CONTACT

      Une question ? Merci de nous contacter sur http://m.me/EPHECAlumni ou par mail à info@ephec-alumni.be

      ephec-alumni-challenge-des-générations-2017-affiche-vf-600x849

      Challenge des Générations 2017 – Invitation

      1024 504 Ephec Alumni

      Après le succès retentissant des « EPHEC Alumni Awards » en 2016, l’association des anciens est heureuse de vous convier à son grand événement de l’année 2017 : le « Challenge des Générations ».

      ENTRÉE GRATUITE SUR INSCRIPTION ICI

      Cet événement, qui mettra les anciens à l’honneur par génération, sera une occasion de se retrouver lors d’une soirée dans le cadre exceptionnel du Musée du tram à Bruxelles, le 31 mai prochain. Le tout pour une bonne cause : les bénéfices de la soirée seront versés à l’association Diversicom, qui facilite l’emploi des personnes handicapées.

      Pour animer le tout, nous avons convié un ancien à la carrière retentissante : Kody !

      INFOS

      Date : mercredi 31 mai 2017
      Lieu : Musée du Tram
      Adresse : Avenue de Tervueren 364, B-1150 Woluwe-Saint-Pierre
      Horaire : dès 18h30
      ENTRÉE GRATUITE SUR INSCRIPTION ICI

      CONTACT

      Une question ? Merci de nous contacter sur http://m.me/EPHECAlumni ou par mail à info@ephec-alumni.be

      ephec-alumni-challenge-des-générations-2017-affiche-vf-600x849

      Challenge des Générations 2017 – Teaser

      1024 504 Ephec Alumni

      Soon…